Je suis une ex-jeune fille au pair

Eh oui, je ne sais même pas si je vous l’ai déjà dit, mais je suis une ex-jeune fille au pair. C’était il y a deux ans (waw déjà?), d’avril à août 2012. C’est vrai, habituellement on part plutôt pour une année complète, pour réfléchir à son avenir, pour faire un break, peu importe, mais moi je n’avais pas le temps j’étais en plein dans mes études, et j’ai donc profité d’un long été universitaire pour m’envoler vers de nouveaux horizons. Alors voilà, le 20 avril 2012, je m’envolais pour Manchester, à la rencontre de ma future famille pour 4 mois.

Mais déjà, c’est quoi une jeune fille au pair?

Une jeune fille au pair, c’est une jeune fille venue d’un autre pays qui emménage chez toi pour une durée de quelques mois à un ou deux ans, dans le but principal de s’occuper de tes enfants. Alors on ne va pas se mentir, la plupart des jeunes filles au pair ont également un peu (voire beaucoup) de ménage à faire… Normalement, la fille au pair ne doit s’occuper que des tâches concernant les enfants (donc ça peut être n’importe quoi : préparation des repas si nécessaire, lessive, aspirateur, brossage de dents, enfin tout vous m’avez compris), mais il n’est pas rare qu’elle ait aussi du ménage d’à côté à faire, pour aider, et d’autres petits boulots. Bref, un peu de tout. En échange, la famille s’engage à loger la jeune fille, à la nourrir, à lui donner un peu d’argent de poche (qui varie beaucoup en fonction des familles). Le but pour la fille au pair étant évidemment de parler la langue du pays, de s’imprégner de la culture etc.

Alors parlons de moi maintenant ! Je devais m’occuper de deux loulous de 6 et 3 ans et demi. En gros, tous les matins je conduisais le grand à l’école, et 3 fois par semaine le petit à la nursery, et j’allais les rechercher évidemment. Les jours où j’avais Lewis (le petit) avec moi je devais l’occuper donc on jouait à des jeux divers et variés, de temps en temps on allait au parc, au musée, à l’aire de jeu du village, nourrir les canards au lac d’à côté… Les jours où j’étais seule j’avais le ménage à faire, un jour en bas, un jour les chambres des garçons. Je changeais aussi leur draps et faisait leur lessive. Le matin c’était habillage et petit déjeuner, vérification de sacs, d’affaires de sport si besoin, et le soir j’aidais au bain et au dodo. La maman ne travaillait pas tous les jours aux mêmes horaires donc certains jours elle était là et s’occupait de ses garçons avec ou sans mon aide. J’avais environs 60£ d’argent de poche, une voiture à disposition et souvent mes weekends de libre où je faisais ce que je voulais. Dis comme ça ça à l’air beaucoup, mais j’avais quand même pas mal de temps libre et à part le ménage j’aimais beaucoup ce que je faisais !

DSC01702

Atelier pâte à modeler !

DSC01696

Au parc…

DSC01759

Au musée…

DSC01775

P1010337

Ou dans le jardin, la tête en bas !

Et alors, on trouve où la famille?

A ma connaissance, il y a deux solutions : partir via une agence ou trouver soi-même sa famille. Au début j’avais pensé partir avec l’agence Solution au pair qui m’avait été conseillée, mais il y en a beaucoup d’autres. Il y a des inconvénients et des avantages à partir avec une agence. Pour les avantages, on sait que la famille a été vérifiée, que l’on aura un vrai contrat de travail avec un salaire fixe, des jours de congé ect, et que l’on sera plus ou moins suivie (si l’agence est une bonne agence). Les inconvénients sont qu’on ne choisis pas vraiment la famille puisque l’agence choisit pour nous, et surtout, il y a des frais d’agence qui peuvent être très élevés ! Finalement, j’ai entendu parler du site Aupair-world, alors je suis allée y faire un tour et j’ai été convaincue directement ! Comment ça marche? C’est bien simple, tu fais un profil puis tu pars à la recherche de la famille idéale, dans le pays de ton choix (tu peux même partir en Chine, sisi), tu envoies un petit message et hop tu attends. Ensuite la famille répond, répond pas. Tu ne peux pas relancer, et de la même façon si une famille te contacte, mais ne te correspond pas alors tu refuses, la famille ne peux plus te contacter, ce qui est très pratique pour éviter les harcèlements. Personnellement j’ai eu de la chance j’ai trouvé la famille parfaite assez vite, nous nous sommes envoyés pas mal de mails, puis nous sommes passés à l’étape (très stressante) de skype (je viens de me rappeler mon anglais de l’époque, ouch, je me souviens même que j’étais tellement stressée de pas comprendre que j’avais presque annulé…) et enfin c’était officiel, j’étais leur future au pair ! 🙂 Direction Harthill, un petit village pas loin de Sheffield pour 4 mois.

P1010051

Harthill… C’est grand ein?

Mon expérience :

Je me souviens de l’état dans lequel j’étais dans l’avion, stressée, paniquée, triste (d’avoir quitté mon amoureux de l’époque), et en même temps impatiente et excitée… Malgré mes deux ans de Langues Etrangères Appliquée, mon anglais était looooin d’être au top et j’avais super peur de ne pas comprendre la famille, les enfants, j’avais aussi peur de ne pas savoir conduire à gauche, de ne pas survivre si longtemps loin de chez moi (c’était la première fois que je partais dans un autre pays aussi longtemps) etc. Il faut reconnaître que les débuts ont parfois été difficiles. Déjà j’avais beaucoup de mal à comprendre ce qu’on me disait, je me souviens, pendant les premiers repas je mettais tellement de temps à réfléchir à mes phrases pour participer à la conversation qu’au moment où j’étais prête, le sujet avait déjà changé trois fois ! En plus les enfants étaient loin d’être des anges et ils testaient beaucoup mes limites au début…

Finalement, l’anglais est venu très vite, je n’ai vite plus eu besoin de réfléchir avant de parler, c’était top ! J’ai apprivoisé les garçons aussi et j’ai pu commencer à kiffer mes quatre mois. J’ai vraiment passé un super moment là-bas, ma famille était tiptop, ils m’ont baladé partout, je suis même parti en vacances avec eux, ils m’ont aidé à rencontrer d’autres jeunes filles au pair, ils ont été SUPER 🙂 Pourtant je n’ai pas été parfaite, je crois que j’ai été un peu trop maladroite… Les enfants m’avait même surnommée Clumsy Clem… Je me souviens avoir cassé leur gps le premier jour où je devais aller chercher Matthew à l’école, le stress ! J’ai même crevé une fois, oh et j’ai bien galéré avec la voiture ! Mais au final tout s’est plus que bien passé !

527730_10150906592491132_577231131_9814984_600280789_n[1]

Avec les filles à Nottingham.

P1010291

Dans les Yorkshire Dales, dans la maison de vacances de ma famille.

P1020004

Visite de ma famille à Brighton & Eastbourne.

DSC01745

Les copines à York !

IMG_2520

Partyyyy !

 

Qu’est ce que ça m’a apporté au final?

Principalement une aisance en anglais plus qu’appréciable. Tous les soirs la famille faisait l’effort de parler en anglais avec moi à table après avoir couché les enfants ce qui m’a permis de beaucoup m’améliorer. Après trois semaines je n’avais déjà plus mal à la tête à force de réfléchir en anglais !

Mais aussi un certaine indépendance, un sens des responsabilités (conduire les loulous, m’occuper d’eux, à 19 ans, ce n’était pas rien !) et pas mal de débrouillardise. J’ai commencé à bien voyager avec mes copines au pair de là-bas, et j’ai vécue mes premières aventures d’expatriée (rester enfermées dans une résidence universitaire où nous étions rentrées discrètement, et devoir escalader le mur pour sortir : je confesse c’était nous). Et puis évidemment de belles rencontres aussi.

Et après?

Après mon retour en août, j’ai gardé le contact avec la famille, ils sont même venu passer quelques jours en France, chez moi, mon papa était tout fou ! Un an après, j’ai encore gardé le contact, et hop surprise cette année, retour en Angleterre. Autant vous dire que j’ai revu ma super famille, deux fois à Sheffield, et deux fois à Northampton chez moi. Cerise sur le gâteau : ils ont eu un petit bébé pile poil quand j’étais là alors là vraiment, j’étais plus que ravie de les revoir.

DSC_0015

En France, pique-nique dans le coffre !

Les deux familles réunies !

Les deux familles réunies !

DSC_0027

 

J’ai aussi revu une de mes copines espagnole à Barcelone et Madrid. Maintenant elle est à Seattle et j’y pense, j’y pense…

Mon premier séjour en Angleterre a aussi déclenché chez moi une passion pourle voyage et après ça je n’ai plus réussi à m’arrêter ! Une passion pour l’Angleterre aussi, puisque je n’ai pas pu m’empêcher d’y retourner cette année. Et ce n’est pas fini ! 🙂 Désolée pour le post encore super long, promis le prochain sera plus court !

Et sinon vous, partir au pair, ça vous tente?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s