L’école chez les anglais #2

Comme promis, voilà le deuxième article de la série ! Aujourd’hui j’ai envie de vous parler plus en détail de l’enseignement des langues (et surtout du français en fait), mais également de celui des arts, parce que je trouve que sur ce point là, nos amis anglais font les choses bien différemment de nous…

Male student in school uniform reading book at desk in classroom

Les Anglais & le français

J’ai rencontré très peu d’anglais qui aiment le français. La raison à cela est toute simple : pourquoi apprendre le français lorsque l’on parle la langue la plus parlée au monde? La langue qui nous permet de voyager, de travailler à l’étranger, de faire du commerce etc. L’anglais est suffisant, le français inutile. Alors vous allez me dire, il y a quand même beaucoup de pays francophones toussa toussa, mais même, l’anglais est parlé au Quebec, en Suisse, partout. Alors le français quand tu es un ado anglais, ça te passe looooin au dessus de la tête. On a donc des élèves absolument pas intéressés par le français, mais des profs qui doivent leur faire aimer pour que certains continuent après le GCSE, afin qu’ils gardent leur job, quand même… Du coup on se retrouve avec des leçons de français où tous est fait pour que les élèves ne s’ennuient pas, c’est à dire des jeux la plupart du temps, des textes à trous, des match-ups, des fiches d’exos remplies d’images etc. Parfois j’ai un peu l’impression d’enseigner en primaire en fait, et encore, en primaire les enfants font beaucoup de grammaire… Ici c’est zéro grammaire ! Et quand il faut en faire, parce qu’on a pas le choix (apprendre à conjuguer les verbes en français c’est quand même un tout petit peu important par exemple), les élèves sont perdus. Comme ils n’en font pas non plus en anglais, ils n’ont aucune idée de ce qu’est un verbe, un sujet, un infinitif… Je me souviendrai longtemps de leurs regards vides lorsque je leur dit ‘What is the subject in this sentence?’. Et quand tu leur explique pour la trentième fois ça rentre par une oreille, sort par l’autre, et ils écrivent la phrase suivante sous tes yeux “je aimer chocolat parce que fantastique”. Et tu te tire une balle virtuelle.

Quand je vois mes élèves de 16 ans tout excités d’aller au tableau pour matcher un mot, je trouve ça un peu pathétique, je trouve qu’on les infantilise vachement ! Je ne me souviens pas avoir passé ma seconde à faire des jeux et à apprendre des textes par cœur… Parce que oui, une autre technique répandue ici est le par cœur (forcément, si tu ne fais pas de grammaire, il faut bien apprendre quelque chose…). Pour leur examens (GCSE), ils se préparent toute l’année, au début de l’année on leur donne les questions de l’oral, et la question de la partie écrite et ils y répondent, ils y passent deeeeees mois, le professeur corrige, ils le font avec le traducteur toussa, tout est autorisé. J’ai vu des profs écrire les réponses à la place des élèves aussi. Puis, ils apprennent par cœur et n’ont plus qu’à tout ressortir le jour de l’examen. Il n’y a que pour la compréhension écrite et orale que les textes sont inconnus. Alors forcément, si tu sais apprendre, et si ton accent n’est pas trop horrible, tu as A, voir A* ! Alors qu’en fait tu ne parle pas un mot de français… Le pire c’est lorsque certains élèves obtiennent A, pensent qu’ils sont bons en français et donc choisissent cette matière en A-Level, et là, c’est le drame.

Parce qu’il y a une ENORME différence entre français GCSE et A-Level. Un gouffre, un ravin entre deux falaises des kilomètres au dessus d’une rivière de la mort remplie de crocodiles, qu’il faut traverser en sautant à un pied sur une corde tendue entre les deux. (Bon j’exagère un peu mais vous avez compris l’image). A partir de Y12, tout à coup, on attend des élèves qu’ils parlent le français, pour du vrai. En Y12, les sujets restent assez accessibles, c’est le famille, le sport, parler de soi etc. Mais avec des questions inconnues, aucun par cœur, beaucoup de grammaire, des vrais cours de français. Je vous laisse imaginer le nombre d’élèves qui obtiennent une bonne note au GCSE, qui choisissent donc le français, et qui tombent lamentablement dans le ravin. Disons qu’en début d’année, les Y12 sont souvent une quinzaine, voir une vingtaine (dans mon école), à la fin de l’année ils sont 8. Et bim. Ensuite en Y13, le niveau monte encore d’un cran, et on leur demande d’étudier deux personnalités françaises, par exemple un écrivain, un peintre, un poète etc. Dans mon école c’est Camus et Monet. C’est à dire qu’ils lisent un livre de Camus, l’Etranger et doivent être capable de parler de la théorie de l’Absurde, des piliers de la société dénoncés par l’auteur blablabla, des trucs de littérature. Ensuite ils étudient des peintures de Monet et doivent pouvoir les décrire, parler du mouvement artistique auquel le peintre appartient, des techniques utilisées etc. Et tout cela en français, vous aviez compris. Et bim, quelque uns de plus dans le ravin, cette année mes Y13 sont 6 et pour la région c’est une grosse classe.

Voilà pour l’enseignement du français en Angleterre : des jeux et du par cœur pendant 5 ans, puis des exercices extrêmement difficiles si tu es assez courageux pour continuer (pour l’oral des Y13, ils doivent quand même argumenter sur des sujets tels que ‘Pour ou contre la peine de mort‘…). Personnellement je ne comprend pas trop la logique.

Des artistes en herbe

Si les anglais n’aiment pas les langues (car ce que j’ai décris plus haut pour le français s’applique à toutes les autres langues), ils adorent les arts. C’est quelque chose qui m’a frappé ici (et qui m’avais déjà frappé en Irlande, souviens-toi ici), beaucoup de jeunes font du sport, du théâtre, de la musique, du dessin… C’est très valorisé ici, contrairement à la France. Dans mon école il y a souvent des événements organisés autour des arts, des pièces de théâtre, des concerts, il y a même eu une comédie musicale et the XX-Factor à Noël. Beaucoup d’élèves sont venu chanter, en groupe ou seuls et l’amphithéâtre était plein à craquer de spectateurs (dsl pour la qualité des photos, c’était avec mon téléphone dans le noir..).

1503996_10202814396546634_426662985_n 1528453_10202814484828841_1208116716_n

Je trouve cela génial personnellement, que les jeunes puissent combiner leur passion et l’école ! Parce qu’en France si tu aimes la musique, c’est hors de l’école ou dans une école spéciale, pareil pour le théâtre, ou le sport. Ici en Angleterre ils ont des taaas de clubs après l’école, où ils peuvent faire du saxophone, du xylophone, du rugby, de la peinture avec leurs doigts de pieds, de la photo option rongeur etc. Dans mon école il y a plus de 100 clubs ! Alors si je trouve l’enseignement des arts super ici, j’émets quand même quelques réserves au sujet de A-Level. Parce que les élèves qui choisissent dessin, théâtre et musique comme leur trois matières en Y12, euh, je ne sais pas, ça me semble bizarre, c’est bien d’aimer les arts mais je trouve qu’il y a quand même certaines matières qui restent plus importantes… Disons que ça n’ouvre pas beaucoup de portes pour l’avenir.

Voilà pour l’enseignement des langues et des arts en Angleterre. J’espère que cette petite série sur le système scolaire anglais vous aura intéressés 🙂

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s