Crise de vocation.

Moi, j’ai toujours voulu être une maîtresse.

Quand j’avais 5 ans, je ne voulais pas être coiffeuse, ou chanteuse, je voulais être la maîtresse. Celle qui se tient devant tous les élèves, celle qui est gentille, mais faut pas trop rigoler quand même, la voix de la sagesse, même que quand des fois t’es pas trop sûr de quelque chose (n’importe quoi ein, promis), bah c’est pas grave, tu demandes à la maîtresse vu que de toute façon, elle sait tout.

Après j’ai grandi, mais cette idée ne m’a pas lâché. Au collège, je voulais être professeur des écoles, au lycée je n’ai pas flanché devant les profs qui tentaient de me détourner de ma voie à grand coup de ‘avec des notes aussi bonnes, tu pourrais viser plus haut ! Tu pourrais être chercheuse en physique/maths/écrivain/biologiste (…)’ (rayer la mention inutile). Que nenni, je voulais être maîtresse.

Vers la fin du lycée, je me suis bien renseignée sur tout plein d’autres métiers, j’ai hésité, j’ai fait des listes de pours et de contres pour chaque job. J’ai même passé le concours d’Educatrice de Jeunes Enfants, pour voir, et je l’ai eu à ma grande surprise (s’ensuivit les plus longues heures/journées/mois d’hésitations de ma vie). Finalement une fois encore non j’y vais pas, je veux être maîtresse. Ce sera la fac.

Il faut une licence pour s’inscrire au master professorat des écoles, okay, j’adore l’anglais, j’adore le chinois, direction la fac pour une licence de langue étrangère. Validée. Est-ce que je ne préférerais pas être traductrice ? Ou travailler pour une grande compagnie ? A l’ONU ? Nop, je m’inscris en master professorat des écoles comme prévu.

Je fais ma rentrée, et j’adore, les cours me branchent, j’aime tout (bon, la géo, moyen, mais chut). Mon année est un peu particulière parce qu’après 3 semaines à peine je quitte la France pour l’Angleterre pour une année comme assistante de français dans un collège/lycée peuplé de garçons qui détestent le français. Mais je n’abandonne pas pour autant, je me débrouille pour avoir les cours, je bosse à distance, je rends mes dossiers (presque tous), je passe les rattrapages de février. Tout ça en vue de valider quelques matières pour être un peu tranquille l’an prochain. Bref tout va bien, je vais être maîtresse un jour. J’espère.

Tout va bien ? Pas sûr. Finalement, je me demande si je suis au bon endroit. J’y suis ein, vous croyez ? Est-ce que je veux vraiment être maîtresse finalement ? J’adore voyager, découvrir de nouveaux endroits, toussa, est ce que j’aurais pas dû être testeuse d’hôtel tient ? Peut-être que je suis juste une nana hyper têtue, peut-être que depuis le début je me suis dit ‘j’ai toujours voulu être maîtresse’ sans avoir vraiment pris le temps de considérer toutes les options ! Et si je suis une maîtresse nulle ? Et si je suis en ZEP, avec des CM2 qui crèvent mes pneus ? Et qu’est-ce qu’il va se passer quand j’aurais 70 ans, petite mémé avec une canne, et que je devrais encore enseigner les additions à des mômes de 7 ans ? Est-ce que j’en aurais pas marre ? Comment je ferai pour voyager pas cher alors que j’aurais que les vacances scolaires quand c’est hyper cher ? Pourquoi toutes les maîtresses que je connais me disent de choisir un autre métier ? Et ma tante, qui a fait une dépression il y a deux ans ?

DITES-MOI, MAIS DANS QUOI JE ME SUIS FOURREE ??

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s